Psychologue Genève › Blog psy & contributions

Psychologie, coach de vie, développement personnel, PNL, santé mentale : Blog psy & coaching

Décrochage scolaire : comment réagir en tant que parent ?

Gérer le décrochage scolaire de son enfant

Décrochage scolaire – Le décrochage scolaire ne revêt pas une uniformité, il se manifeste à travers une diversité de parcours et d’histoires individuelles, résultant de la convergence de plusieurs facteurs explicatifs quant à la perte d’intérêt d’un enfant ou d’un adolescent pour le système scolaire. Cette situation, qui engendre de l’inquiétude chez les parents et a des conséquences néfastes sur les jeunes concernés, peut être prévenue en étant vigilants vis-à-vis de certains signaux d’alerte. Comment identifier les signes d’un décrochage scolaire chez un enfant et comment lui apporter de l’aide s’il/elle se sent découragé(e) ?

Le décrochage scolaire, c’est quoi ?

Nombreux sont les jeunes en Suisse qui interrompent leur parcours scolaire avant d’obtenir leur diplôme en raison des défis liés à l’accès à l’éducation, à la poursuite des cours, et à la conciliation des exigences de leur emploi avec les responsabilités familiales. 

Dans d’autres situations, des problèmes liés à leur environnement familial ou à leur situation personnelle rendent la poursuite de leur scolarité pratiquement impossible. Quelle que soit la raison du décrochage scolaire, il a rarement un impact positif sur la trajectoire de vie d’un individu, engendrant des conséquences significatives pour ceux qui prennent cette décision ainsi que pour leur entourage.

Les jeunes qui abandonnent l’école présentent souvent un niveau d’éducation et de revenu inférieur à leurs pairs, les laissant en situation de désavantage tout au long de leur vie adulte.

Lorsqu’un enfant ou un adolescent manifeste un rejet de l’école, il fera délibérément ou inconsciemment des efforts pour se désolidariser du système scolaire.

Parfois, il peut déployer des stratégies complexes, telles que des perturbations du comportement, une augmentation notable de l’absentéisme, ou adopter des comportements provocateurs qui entraînent des exclusions de l’établissement.

 

Comment réagir face au décrochage scolaire ?

Signes et symptômes

Certains élèves choisissent de quitter l’école dès l’âge de 16 ans, immédiatement après la période d’enseignement obligatoire, et il convient de noter que la majorité d’entre eux sont des garçons.

Ils éprouvent des problèmes liés à l’autorité, qu’elle soit parentale ou scolaire, ce qui se traduit par des comportements inappropriés en classe, nourrissant leur hostilité envers le système scolaire et les enseignants. 

Ces élèves perdent progressivement leur intérêt pour les matières scolaires et finissent par abandonner s’ils ne se sentent pas en phase avec l’environnement de la salle de classe.

Progressivement, leur motivation s’érode, et ils se retrouvent dans une spirale descendante où rattraper leur retard devient de plus en plus difficile.

Finalement, ils se trouvent incapables de faire face aux défis à la fois à l’école et dans leur vie quotidienne. Pour ces ado, les obstacles liés à l’apprentissage et les phobies scolaires constituent des défis particulièrement ardus à surmonter.

L’enfant fait face à des défis majeurs, essuyant un échec scolaire et des retards dans les matières fondamentales.

Son enthousiasme à l’égard de l’école est limité. Il montre peu d’engagement en classe, affichant fréquemment des retards inappropriés ou des absences injustifiées. Il peut même être en décalage avec son groupe d’amis qui ont déjà quitté l’école.

Décrochage scolaire : L'enfant fait face à des défis majeurs, essuyant des échecs ou des retards dans les matières fondamentales.

Une relation de plus en plus difficile

Son aversion pour l’école est évidente, surtout lorsque ses amis proches ont déjà abandonné leurs études. Il exprime l’idée d’abandonner l’école et rencontre des difficultés dans ses relations avec les enseignants, les figures d’autorité ou ses pairs. En outre, il présente des symptômes de dépression persistante.

Un adolescent dont le comportement à l’école change, passant de bavardages à des défis envers ses enseignants, perturbant progressivement le déroulement des cours, mérite une attention particulière.

Ces comportements ont souvent tendance à s’intensifier, avec l’élève adoptant une attitude d’opposition envers l’ensemble du système scolaire.

Il est également essentiel de rester vigilant envers une rapide et significative chute des performances scolaires, car cela peut révéler un malaise et un désintérêt profond de l’enfant pour l’école. 

Finalement, le jeune semble tout mettre en œuvre pour être exclu de l’établissement. Un enfant qui exprime régulièrement son ennui à l’école doit être écouté attentivement, car cela peut refléter des problèmes de compréhension ou être lié à certains troubles, tels que la dysphasie, la dyspraxie ou la dyslexie.

Quelles sont les causes ?

Ce sont de multiples facteurs qui peuvent conduire un adolescent à décrocher scolairement. Certains d’entre eux peuvent souffrir d’un sentiment d’insuffisance, de ne pas être à la hauteur de leurs camarades de classe, ou de ne pas parvenir à obtenir des résultats satisfaisants. 

Ces sentiments de découragement les éloignent progressivement du système éducatif.  Cela est particulièrement vrai pour les élèves qui cumulent des lacunes, parfois depuis l’école élémentaire.  Ils ont le sentiment de porter le fardeau de l’école depuis de nombreuses années.

Un ado qui fait l’objet de harcèlement peut également être poussé vers le décrochage scolaire. Il peut se sentir stressé, déconcentré, et perdre sa motivation pour apprendre.

Toutefois, il est important de ne pas oublier que les harceleurs eux-mêmes souffrent souvent énormément. 

Un autre facteur, qui est moins fréquemment évoqué, est le phénomène de parentification. Il concerne les enfants ou les adolescents vivant des situations familiales complexes, avec des parents confrontés à des difficultés considérables, qu’elles soient d’ordre social, économique, ou psychiatrique. 

Ces jeunes se trouvent contraints d’assumer le rôle de “parents” lorsqu’ils sont à la maison. Préoccupés ou contraints de prendre en charge de nombreuses responsabilités, ils ont tendance à s’éloigner de l’école afin de garantir leur présence aux côtés de leurs parents, voire de leurs frères et sœurs. Ces enfants sont souvent exténués, ce qui les empêche de se concentrer efficacement à l’école.

Un ado qui fait l'objet de harcèlement peut également être poussé vers le décrochage scolaire. Il peut se sentir stressé, déconcentré, et perdre sa motivation pour apprendre.

A lire aussi : La nomophobie “Mon ado est accro au téléphone portable“.

Les suites probables après un décrochage scolaire

Les facteurs de risque associés au décrochage scolaire sont variés et ne présentent une valeur prédictive qu’en cas d’accumulation ou de combinaison de plusieurs d’entre eux. 

Ces risques se regroupent en quatre catégories distinctes.

Les facteurs personnels : incluant la délinquance juvénile, les troubles de l’attention, les comportements agressifs, la dépression, les problèmes de santé mentale, et d’autres aspects liés à l’individu. 

Les facteurs familiaux : englobant la capacité à résoudre les problèmes en famille, les questions d’autorité, les situations de monoparentalité, et d’autres éléments touchant la sphère familiale. 

Les facteurs scolaires : comprenant la réussite académique, le climat au sein de l’établissement scolaire, l’engagement des élèves dans leurs études (y compris le choix de l’orientation), la perception par les élèves des compétences innovantes de leurs enseignants, la clarté des règles établies, ainsi que le phénomène de harcèlement scolaire.

L'accompagnement des adolescents en situation de décrochage scolaire doit adopter une approche multidisciplinaire et systémique, en favorisant la collaboration entre tous les acteurs impliqués dans la vie du jeune, notamment l'adolescent lui-même, sa famille et son milieu scolaire.

Ces facteurs interagissent souvent de manière complexe pour influencer le risque de décrochage scolaire.

L’accompagnement des adolescents en situation de décrochage scolaire doit adopter une approche multidisciplinaire et systémique, en favorisant la collaboration entre tous les acteurs impliqués dans la vie du jeune, notamment l’adolescent lui-même, sa famille et son milieu scolaire.

Aider le jeune à surmonter sa phobie de l’école

Les parents préoccupés ont la possibilité de consulter en premier lieu leur médecin généraliste, ce qui pourrait s’avérer moins intimidant que de consulter un psychologue. 

Le médecin pourra réaliser un bilan de santé, car parfois, le découragement peut résulter de la fatigue liée à une carence nutritionnelle ou à une condition médicale sous-jacente non diagnostiquée. Si tel est le cas, le médecin pourra recommander la consultation d’un psychologue ou d’un psychopédagogue. 

Si l’enfant ne souhaite pas se confier à ses parents, il peut être encouragé à parler à un autre adulte de confiance, comme un grand-parent, un oncle, un parrain ou un ami de la famille. 

Parfois, s’il se sent plus à l’aise pour partager ses préoccupations avec un ami de son âge, cela peut suffire à résoudre certaines situations, pourvu qu’il trouve l’opportunité d’exprimer ses pensées et ses préoccupations.

Les parents peuvent également collaborer avec l’équipe pédagogique pour envisager des mesures adaptées, telles que la transmission des devoirs et des cours à l’élève en attendant de comprendre la situation plus en profondeur.

Lorsqu’un jeune rencontre des difficultés d’apprentissage, un accompagnement personnalisé est proposé. Ces séances sont planifiées en prenant en compte les valeurs éducatives et culturelles de chaque individu.

Le processus implique la responsabilisation du jeune et son accompagnement vers l’autonomie, en prenant en considération son âge, ses ressources et sa situation familiale, qu’il s’agisse de son projet scolaire, professionnel et  de ses relations familiales.  

Cela englobe la transformation de la démotivation et du stress en un projet positif, la reconquête de la confiance en soi, la clarification des objectifs, l’identification des ressources personnelles, et la prise de décisions éclairées quant à la voie scolaire, professionnelle ou relationnelle à suivre pour mener une vie pleinement engagée. 

Le processus vise également à rétablir un lien mutuellement respectueux entre l’adolescent et son environnement, en impliquant tous les acteurs présents dans la vie du jeune, y compris le jeune lui-même, sa famille et son milieu scolaire, dans une approche de prise en charge globale.

Vérifiez les disponibilités pour prendre rendez-vous au cabinet psy

 

Cliquez ici pour voir les disponibilités et prendre rendez-vous en cabinet

 


Recherches similaires pour cet article : “Décrochage scolaire

  • Quel psy pour mon enfant qui décroche de l’école
  • Mon fils ne veut plus aller à l’école
  • Psychologue à Genève pour ado pour une phobie scolaire
  • Liste des psy pour ado à Vésenaz et Corsier ou Genève
  • Comment réagir quand on fils de 15 ans ne veut plus se lever
  • Mon fils joue à la console et ne veut plus aller en cours
  • Quelle méthode pour un décrochage scolaire ?
  • Conseils pour enfant de 12 ans qui a horreur de l’école
  • Cabinet psy pour adolescent à Jonction ou Rive à Genève
  • Je cherche une psychologue gentille avec les ados près de Genève
  • Les signes du décrochages scolaire et ado qui sèchent les cours
  • Comment soutenir son enfant qui veut arrêter l’école ?
sur 5 - Merci pour votre vote !
Les commentaires du blog Psy sont pour le moment fermés.